Tout sur le don d’organes


Tout sur le don d’organes

Aujourd’hui, avec le progrès de la médecine, il est possible de faire un don d’organes. La législation permet d’ailleurs qu’une personne fasse un don d’organes après son décès.

Cela permet également à d’autres personnes qui ont besoin d’un organe de continuer à vivre. Pour beaucoup, faire un don d’organes est très important. Si on ne mentionne que la Belgique par exemple, il y a plus de 1000 personnes malades qui attendent un organe pour survivre ou tout simplement pour guérir. Et malheureusement, environ deux patients meurent toutes les semaines parce qu’ils n’ont pas reçu l’organe dont ils avaient besoin.

Le don d’organes pour sauver d’autres

Pendant notre vivant donc, nous pouvons émettre notre volonté de faire un don d’organes à notre décès ou non. Cependant, notons que faire un don d’organes après notre décès peut sauver la vie d’au moins une personne, jeune ou âgée. Faire un don d’organe est un acte de solidarité anonyme et gratuit.

Il faut cependant annoncer notre décision à la famille car si nous ne l’avions pas fait, les membres de notre famille seront réticents à l’idée de devoir dépouiller le défunt de ses organes. D’autant plus que le prélèvement doit se faire le plus rapidement possible après le décès pour que les organes soient encore opérationnels. De plus, puisque faire un don d’organes est quelque chose de très important, il est nécessaire de le déclarer également auprès de la commune.

Les organes à prélever

Il est possible de faire un don d’organes même de notre vivant. Dans ce cas présent, ils pourront prélever la moelle osseuse, une partie du foie ou un rein. Si le donneur est déjà en état de mort cérébrale confirmé, il sera possible de prélever le cœur, les poumons, les os, le foie, les deux reins, l’intestin, les tissus et aussi le pancréas. Le don d’organes peut sauver des vies.