Le trafic d’organes est-il un véritable business en France ?


Le trafic d’organes est un problème mondial qui est resté discret et en dehors du centre de l’attention de certains gouvernements à travers le monde, due en grande partie à l’absence de données et des chiffres officiels facilitant un processus de déni du problème. Le trafic d’organes est différent du vol d’organes, de sorte qu’il est compris comme la possibilité que quelqu’un puisse accéder à un organe en bonne santé en payant le prix à une autre personne. Un cas qui gagne de plus en plus de terrain en France ces derniers mois, en raison d’une demande en augmentation. 

Le trafic d’organes : une réalité parfois ignorée

Un avertissement international a été lancé début 2017 en affirmant que le trafic d’organes sévit en Europe et en Afrique orientale, notamment au Soudan, en Libye et en Égypte, en raison de la situation sociopolitique de la région et crise des réfugiés enregistrée ces dernières années. Cela a eu un impact direct sur les frontières de l’Europe et de la Turquie. 
Les milliers de réfugiés qui cherchent à atteindre l’Europe depuis l’Afrique se retrouvent dans des conditions d’extrême vulnérabilité, et la situation est exploitée par les initiateurs du trafic d’organes, qui font souvent partie de la même mafia qui les transporte vers les côtes européennes. C’est un problème dans lequel non seulement les mafias du commerce illégal sont impliquées, mais aussi celles de la traite des êtres humains, qui profitent du désespoir de ceux qui souhaitent atteindre l’Europe en fuyant la guerre dans leur pays.

Les reins et le foie : les plus convoités du marché

Parmi les pays de l’Europe, la France figure parmi les plus concernés par le trafic d’organes. Sachant que le business des organes rapporte des sommes colossales allant jusqu’à 1,2 milliard de dollars, nombreux sont ceux qui souhaitent s’investir dans cette activité. En effet, les hôpitaux connaissent depuis un certain temps une pénurie d’organes disponibles pour les transplantations. Or, les cas des personnes diabétiques sont en constante augmentation. Aussi, face à une demande de plus en plus croissante, et des donations de moins en moins disponibles, le marché noir du trafic d’organes prend de l’ampleur. Les organes les plus ciblés sont les reins, dont l’unité peut coûter plus de 200 000 dollars, et le foie, qui est estimé à 157 000 dollars. Un business florissant qui ne laissera aucun trafiquant indifférent.